Le soutien et l’aide nécessaires

« Depuis toujours, je rêve d’entrer dans le monde du cinéma d’animation. J’ai tenté les écoles d’animation privées pendant 2 ans, sans succès. J’ai décidé ensuite de m’orienter vers la prépa de l’école d’art du Calaisis, et avec elle, j’ai eu le soutien et l’aide nécessaires pour me préparer aux oraux, ainsi qu’une pratique constante de l’art qui a renforcé mon dossier artistique. Les professeurs et membres de l’administration ont toujours été très présents et à l’écoute. C’est grâce à eux que j’ai trouvé une école parfaite pour moi, et où j’ai été prise du premier coup ! Cela m’a demandé beaucoup de travail, mais avec le soutien de l’école, ça a fini par payer ! « 

Le soutien et l’aide nécessaires - Valentine V. - Promo 2018

Un très bon souvenir

« Je me suis dirigée vers la classe prépa car j’étais dans le flou au niveau de mon orientation, comme beaucoup d’entre nous d’ailleurs !
Je savais simplement que les domaines de la création m’intéressaient le plus, et ayant déjà une affinité avec certains médiums, j’ai tenté cette année pour être fixée. Cette dernière fut bénéfique pour moi, car j’ai pu y gagner à la fois en pratique et en culture !
J’ai également beaucoup apprécié le suivi et les discussions dans le cadre des cours, sans oublier les rencontres avec des personnes externes à l’école. La prépa restera pour moi un très bon souvenir. »

Un très bon souvenir - Rachel D. - Promo 2018

Aller au bout de mes idées

 » Je sortais d’un Bac S et ne savais pas du tout vers quoi me diriger. Je dessinais beaucoup donc j’ai passé le concours. En entrant en prépa art, j’ai découvert un tout autre univers. La création passe avant tout et les idées sont toutes poussées à devenir des projets aboutis. Les professeurs sont là pour nous accompagner et nous conseiller sur le cheminement des projets sans nous imposer des idées. C’est ça que je trouve génial, c’est que nous avons une grande liberté.
Aujourd’hui, je ne regrette absolument pas d’être passée par une prépa pour intégrer une école d’art, elle m’a fait découvrir une diversité de médiums, d’artistes et une motivation cachée d’aller au bout de mes idées. « 

Aller au bout de mes idées - Eloïse B. - Promo 2018

La certitude d’avoir fait le bon choix

 » Je suis rentrée presque « par hasard » en prépa art. Je n’étais pas sûre que ça me convienne et j’étais pleine de doutes sur mon avenir après le lycée!
Dès les premières semaines, je savais que j’avais ça dans la peau. Les tonnes d’informations, de techniques et de savoirs partagés amicalement par les professeurs ont été révélateurs sur mon entrée dans les études supérieures. J’ai appris que quand on veut, on peut.
Maintenant, je rentre aux Beaux Arts avec la certitude d’avoir fait le bon choix. »

La certitude d’avoir fait le bon choix - Chiara B. - Promo 2018

Vraiment bénéfique

 

« Après un bac STI2D je suis parti pour un DUT informatique à Calais, mais ça ne m’intéressait pas vraiment. Je me suis mis à dessiner en amphi, je n’écoutais plus rien. En avril j’ai arrêté les cours. C’est un ami qui m’a parlé de la prépa alors que je pensais m’orienter vers une MANAA (Mise à niveau en arts appliqués) à Amiens. Et puis j’ai pu visiter l’école, rencontrer Laurent (Moszkowicz, coordonnateur pédagogique de l’école). Il m’a expliqué le fonctionnement et j’ai passé le concours d’entrée. Depuis que j’ai intégré la prépa, j’ai vu mon niveau évoluer, ma personnalité ressortir, c’est vraiment bénéfique. »

Vraiment bénéfique - Thibault. Calais;

Un travail sur soi

« C’est un ami qui avait fait la classe prépa qui m’en a parlé. Auparavant j’avais fait une année de LEA, puis une autre année en civilisation étrangère, mais ça ne m’a pas plu. Il m’a dit, « la classe prépa’ c’est quelque chose qui te correspond plus ». Et effectivement avec cette prépa on peut faire un travail sur soi. C’est une sorte de journal intime que tout le monde peut lire. Ça libère, ça permet d’avoir un œil constructif sur son travail, même si c’est difficile d’être jugé. Le plus important c’est que j’ai envie de partager quelque chose avec les gens. »

 

Un travail sur soi - Kévin. Calais.

Très familial

« J’ai toujours été intéressée par l’art. J’ai suivi les cours du soir à l’école d’art de Calais pendant 2 ans et puis je me suis intéressée aux grandes écoles et j’ai tenté des concours, mais il faut reconnaître que sans prépa, on a quasiment aucune chance. Ici les profs sont bons, on sent qu’on progresse, que ce sont des artistes à la base. C’est très familial, tout le monde nous connaît, c’est notre 2e chez nous. »

Très familial - Lucie. Calais.

Envie de travailler sur l’art et la musique

« J’ai suivi une 1ère année de licence art et architecture à Lille, tout en faisant beaucoup de « trucs » artistiques à côté mais sans grande motivation. Et puis Calais me manquait. Quelqu’un m’a alors parlé de la prépa, je suis venue aux portes ouvertes, et j’ai eu l’impression d’avoir trouvé un fil conducteur. Je suis très motivée car ici on nous aiguille, on nous oriente. Sans oublier qu’on constitue un book, c’est vraiment intéressant. Et puis maintenant je sais que j’aimerais travailler sur l’art et la musique. »

Envie de travailler sur l’art et la musique - Océane. Calais.

Pour réussir, il faut bosser

« J’ai fait une licence art parcours cinéma mais c’était très théorique, peu pratique, je ne savais pas ce que j’allais faire avec ça. C’est l’ami qui m’hébergeait qui m’a parlé de la prépa. La FAC donnait beaucoup de liberté, mais c’était très impersonnel. Ici on connaît tout le monde, on est recadrés… C’est dur au début, surtout quand on a pris goût à la liberté mais pour réussir il faut bosser. Aujourd’hui je sais que c’est le cinéma d’animation qui m’intéresse. »

Pour réussir, il faut bosser - Johann. Calais.